Le pétrole remontera-t-il à 100 $ le baril?

Source de la photo :  Zbynek Burival sur Unsplash

Avec le prix du pétrole qui remonte à peine au-dessus de 50 $, il est difficile d’imaginer le prix du baril au-delà même de 150 $. Pourtant, ce fut le cas en 2008, juste avant le début de la Grande Récession.

À l’époque, on blâmait la surchauffe de l’économie mondiale. De plus, le prix du baril du pétrole paraissait très sensible aux actualités géopolitiques. Chaque nouvelle apportait sa dose de fluctuation!

N’est-ce pas que la locomotive de l’économie mondiale est supposée fonctionner à plein régime présentement? Qu’est-ce qui pourrait expliquer cette différence de tendance dans les prix par rapport à 2008?

Zéro croissance

Il y a quelque temps, j’ai lu un livre écrit par Jeff Rubin, un ancien économiste en chef à la banque CIBC : « La fin de la croissance ». Selon lui, le pétrole à bon marché est en train de devenir chose du passé. Non seulement à cause d’autres grands acheteurs tels que la Chine et l’Inde, mais également parce qu’on n’a plus autant de pétrole disponible.

Rubin a également établi le lien entre le prix du pétrole et les cycles économiques. En période de croissance, le prix élevé du baril est plus réaliste. En période de récession, le prix du baril est plus bas, car le pétrole est fortement subventionné par les gouvernements, à coups de dettes.

Prédictions pour 2020

Selon la logique de Rubin, le prix du baril devrait à nouveau avoisiner les 100 $! Mais vous savez aussi bien que moi que ce cycle économique a été alimenté par la dette, et non la consommation. En d’autres mots, le pétrole est d’avantage subventionné.

Par contre, peu de gens semblent être au courant, mais l’Organisation Maritime Internationale (OMI) de l’ONU a établi une limite d’émissions du souffre dans les navires conteneurs à moins de 0,5 %, comparé à 3,5 % présentement. Les conteneurs ont jusqu’à 2020 pour respecter le règlement et éviter de sévères pénalités.

Avec près de 100 000 vaisseaux qui naviguent les eaux, il y aura une plus grande demande du pétrole. Selon la firme de consultation Wood Mackenzie, c’est 5,3 millions de barrils par jour, comparé à une capacité présentement de 1,2 millions par jour.

Si vous voulez investir dans l’industrie pétrolière, je vous suggère d’écouter ce type dans l’entrevue suivante :

Déclaration

Ces écrits ne constituent pas en soi des conseils d’investissement. Il est avisé de consulter un conseiller financier ou de s’informer d’avantage avant d’investir.