Chronique d’une crise financière annoncée (p3)

La Fed, après avoir versé plus de 4 millle milliards (4,5 trillions) de dollars américains dans les marchés, prit la décision de renverser sa politique d’assouplissement monétaire (QE). À partir du mois d’octobre 2018 et sur une base mensuelle, la Fed a commencé à laisser environ 50 milliards de bonds arriver à maturité sans les racheter, comme ce fut le cas avec le QE. C’est maintenant l’ère du « Quantitative tightening », ou QT. 

Tout comme le QE, le QT n’a jamais été utilisé avant. Plusieurs économistes, incluant le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, pensent que les marchés sont en train de présenter des symptômes tant attendus de normalisation. Cela signifierait-il que le QT, accompagné des hausses de taux d’intérêt, amèneraient une certaine « normalité » dans les marchés? La volatilité qu’on est en train d’expérimenter serait-elle un atterrissage en douceur, ou  le nouveau « normal »? D’habitude, lorsque les taux d’intérêt se mettent à augmenter, c’est souvent le signe qu’une résession est à l’horizon.

N’est-ce pas que plusieurs marchés émergents ont commencé à réagir aux hausses des taux? Ces pays ont emprunté en dollars américains. Un plus haut taux d’intérêt rend maintenant le remboursement des dettes plus élevé. De plus, si la Fed laisse maintenant les bonds atteindre leur maturité sans les racheter comme avec le QE, qui va acheter les bonds d’épargne américains? Avec la guerre commerciale que le président américain a décidé de livrer à la Chine, les chinois vont-ils continuer à acheter des dettes américaines? D’ailleurs, le gouvernement chinois avait déjà annoncé qu’il comptait réduire le montant d’achats de dettes américaines.

Depuis 1959, la Fed de New York utilise des données sur l’écart du Trésor américain pour prédire les récessions 12 mois à l’avance. Aussi, les 12 dernières récessions ont été précédées par des hausses de taux d’intérêt. Selon plusieurs analystes, la prochaine récession américaine arrivera en 2019.

Aux États-Unis, le prochain plafond fiscal sera atteint en mars 2019. Durant ses deux premières années, le président américain n’avait aucun problème à faire augmenter la limite d’endettement du gouvernement, puisque le Sénat et la chambre des représentants étaient contrôlés par les républicains. Maintenant, avec la chambre des représentants dans les mains des démocrates, le plafond fiscal ne sera pas relevé sans compromis. Ce n’est pas étonnant que le président américain ne cesse de critiquer la Fed et plaide pour un taux d’intérêt faible! 

Depuis quelques semaines, le président américain fait miroiter la promesse de nouvelles coupures d’impôts, cette fois-ci pour la classe moyenne. Ce sera probablement un des compromis avec les démocrates pour relever le plafond de la dette. Si cela arrive, je crois que cette nouvelle sera très bien accueillie par les investisseurs et que l’indice Dow Jones aura atteint un nouveau sommet historique.

À mon humble avis, ce sera à ce moment qu’on aura atteint le point culminant de risque financier. Puisque nous semblons naviguer dans une période de volatilité, je ne dirais pas que les marchés boursiers sont dans une phase d’euphorie. Avec tout ce qui se passe, les investisseurs ont raison d’être nerveux! Après tout, ça fait plus de dix ans depuis la dernière crise financière! Si rien n’arrive en 2019, la probabilité d’une crise financière sera très élevée pour 2020. Aux dires de certains grands économistes, cette crise sera pire que celle de 2008! Mon avis : profiter de la volatilité si le coeur est solide, ou avoir un portfolio constitué surtout de cash, d’or….. et de crypto, si le coeur est pas mal solide!

Avertissement!

Cet article reflète mes opinions uniquement.  Les données proviennent de mes recherches sur l’internet. Même si j’ai vérifié plusieurs sources, je ne peux pas garantir que toutes les informations données sont exactes.