Avec un prix du brut négatif, quelles sont les implications pour le dollar américain?

Photo par Unsplash

Quelque temps après l’effondrement du système Bretton Woods, les États-Unis concluaient des ententes avec des pays exportateurs de pétrole, tel que l’Arabie Saoudite, qui acceptaient de fixer leur prix en dollars américains, en l’échange de protection militaire. Cette manoeuvre a permis aux États-Unis de préserver la dominance de sa monnaie. Du moins, jusqu’à tout récemment.

La révolution du gaz de schiste

Au début du nouveau millénaire, de nouvelles techniques permettaient aux États-Unis de devenir un exportateur net de pétrole grâce au gaz de schiste. Cet afflux massif contribuait au déclin rapide du prix du brut en 2014. L’Arabie Saoudite pensait déjà qu’une chute de prix ralentirait la production du gaz de schiste et éliminerait la compétition. Cependant, le crédit facile gardait cette industrie en vie.

Est-ce le début de la fin du pétrodollar?

Avec la crise du coronavirus, le calcul de l’Arabie Saoudite avec sa guerre de prix avec la Russie semble fonctionner. Irrités, les États-Unis ont pris la décision de retirer deux batteries antimissiles censées protéger la monarchie de l’Iran. Le président américain considère même imposer des tarifs au pétrole saoudien et réduire la présence de militaires autour de la monarchie.

En représailles, l’Arabie Saoudite considère ne plus vendre son pétrole en dollars américains. Déjà, des pays comme la Russie et la Chine commercent en utilisant leurs monnaies respectives. Tout semble indiquer qu’on assiste à la fin du pétrodollar.

Or, si les États-Unis ont pu maintenir leur dominance au niveau global, c’était grâce au pétrodollar. La perte de ce statut réduirait également la capacité du gouvernement américain à emprunter à un taux réduit. Au dernier trimestre de 2019, 60 % des réserves de devises dans les banques centrales étaient exprimées en dollars américains. De plus, près de 40 % des dettes mondiales sont exprimées en dollars américains. L’élimination du pétrodollar causerait un rapatriement des dollars aux États-Unis et ce sera l’hyperinflation assurée!

Comment profiter de la chute du pétrodollar?

Un rapatriement des dollars américains impliquerait l’utilisation de cette devise pour acheter des biens et des actifs aux États-Unis. Ça incluerait les actions américaines. Déjà, la Fed ne ménage pas ses efforts pour continuer à gonfler le SP500. Toutefois, il faudrait être prudent! Tout ce qui monte finit par descendre! Et plus haut le sommet, plus brutale la chute!

Plusieurs investisseurs pensent que le prix de l’or explosera. Le métal jaune affiche un gain de 14 % depuis le début de l’année. Bank of America projette le prix de l’or à 3 000 $ d’ici 2021. Paul Tudor Jones, un milliardaire qui a fondé un hedge fund, croit plutôt que Bitcoin est la meilleure protection contre l’inflation qui vient.

Avertissement!

Ces écrits ne constituent pas en soi des conseils d’investissement. Il est avisé de consulter un conseiller financier ou de s’informer d’avantage avant d’investir.

Laisser un commentaire